Pages précédentes CAHIERS DU CENTENAIRE DE L'ALGÉRIE LIVRET 6 Art Antique et Art Musulman en Algérie Pages suivantes
- 80 - Table des matières - 81 -
   
   de palmes trilobées. - Cette belle porte a sa légende. Un captif espagnol détenu à Tlemcen obtint sa libération contre la promesse d'envoyer une porte à la mosquée de Sidi-Boumédine. 
 
Le prisonnier, revenu en
 
      
Andalousie, confia les deux lourds battants à la Méditerranée. Docilement, la mer latine les déposa sur la colline d'El-Eubbad. Ce miracle géographique a peut-être sa signification. Suivant MM. W. et G. Marçais, il révèle l'origine espagnole des vantaux d'ailleurs en partie confirmée par certaines analogies. Souvenez-vous du rameau de Salzbourg cher à Stendhal : une source le vêt de diamants calcaires. Brisez les cristallisations de la
 
Fig. 51. - Mosquée de Sidi-Boumédine : Intérieur.

légende: le petit fait historique qu'avait enrichi l'imagination du peuple apparaît aussitôt dans sa sécheresse dépouillée.

La cour de la Mosquée (10m x 11) est entourée sur trois côtés de galeries: arcades en fer à cheval plein cintre. Le quatrième côté, au sud, s'ouvre sur la salle de prières large de 19 mètres et longue de 15 (fig. 51). Cinq nefs supportées par seize colonnes quadrangulaires, la nef médiane large de 3m50, alors que les autres ont seulement 3m10. Des arcs outrepassés relient les colonnes.
 
Le mihrab ressemble beaucoup à celui de Sidi-Bel-Hassen : arcature en fer à cheval, cintre à claveaux, cadre sculpté d'inscriptions koufiques, etc. Les deux colonnes d'onyx qui le
 
Fig. 50- -- Mosquée de Sidi-Boumédine: Porte.
Pages précédentes   Table des matières   Pages suivantes