Pages précédentes CAHIERS DU CENTENAIRE DE L'ALGÉRIE LIVRET 9 LES PRODUCTIONS ALGÉRIENNES Pages suivantes
- 14 - Table des matières - 15 -
   
  

 

PREMIÈRE PARTIE

LES PRODUCTIONS VÉGÉTALES

Les caractéristiques du climat algérien ne sont pas. à beaucoup, près, celles d'un climat tropical. Bien plutôt ressemble-t-il à celui d'ès rives méditerranéennes tout entières, d'Europe, d'Asie ou d'Afrique. C'est, avec quelques exagérations, le climat de la Provence ou du Languedoc, le climat de l'Italie, le climat de l'Espagne.

Aussi ne devons-nous pas nous attendre à trouver en Algérie des cultures très différentes de celles de France ce seront les céréales, la vigne, l'olivier, les fruits, les légumes, etc... Un cultivateur de France, et surtout un cultivateur du Midi, ne sera pas dépaysé en arrivant en Algérie : au delà de la Méditerranée, à 800 kilomètres de France, il retrouvera encore des productions françaises; il sera encore en France.

      


 

CHAPITRE PREMIER

Les productions agricoles

I. - Les céréales

De toutes les productions algériennes, les céréales sont à beaucoup près la plus importante. Elles constituent la base même de l'alimentation des populations tant euro­péennes qu'indigènes; sans peser très sérieusement sur le marché mondial des céréales, l'appoint de l'Algérie n'est pas négligeable, et apporte son contingent au commerce d'exportation. A ce titre, les céréales ont joué un grand rôle dans le développement de la prospérité économique du pays.
 
Leur aire de culture s'étend depuis le littoral jusqu'à la limite des Hauts-Plateaux. Limitée autrefois à une étroite bande de terre proche de la côte, elle a reculé peu à peu devant l'extension de cultures plus riches, plus appropriées à la douceur du climat: primeurs, orangeries, etc. . En s'éloignant de la mer, la céréaliculture a trouvé, dans des régions plus élevées, au climat plus rude, un milieu plus en rapport avec ses besoins: c'est là, dans la dépression médiane de l'Atlas Tellien, depuis Tlemcen jusqu'à Souk­Ahras, en passant par les régions de Sidi-Bel-Abbès, de Médéa, d'Aumale, de Bordj-Bou-Arréridj et de Sétif, que se rencontrent les plus belles terres à céréales qui consti­tuent une des plus grandes richesses de l'Algérie. Ces terres à céréales débordent jusque sur les Hauts-Plateaux où le milieu est encore favorable: le Sersou, Boghari, au Nord des Hauts-Plateaux algérois, la région de Batna, sur ceux de Constantine, donnent encore de belles récoltes.
 
Les céréales occupent en Algérie plus de 3 millions d'hectares; 1.400.000 sont dans le département de Cons­tantine ; 900.000 dans celui d'Alger, 700.000 en Oranie. Les emblavures y pourraient certainement, être plus

 
Fig. 5. - UNE MINOTERIE DES ENVIRONS D'ALGER Ses dimensions donnent une idée de l'importance de certains établissements industriels d'Algérie.
Pages précédentes   Table des matières   Pages suivantes