Pages précédentes GÉOGRAPHIE DE L'ALGÉRIE   par ACHILLE FILLIAS Pages suivantes
 - 42 -  Retour page Table des matières  - 43 -
   
  

La langue française est la plus répandue parmi les Européens; mais les étrangers, ainsi que les Israélites et les Arabes, parlent aussi entre eux leur langue maternelle. Les Kabyles ont conservé l'idiome primitif de leur race.

II existe en Algérie quatre cultes légalement reconnus : le culte catholique, le culte israélite, le culte protestant et le culte musulman. On comptait en 1882 dans le département d'Alger : culte catholique : un archevêché, 106 paroisses et 25 vicariats; - culte israélite : un consistoire provincial, un grand rabbin, 9 synagogues principales; - culte protestant : un consistoire provincial, une église consistoriale et 7 paroisses dont 3 pour l'église reformée et 4 pour la confession d'Augsbourg. - La religion musulmane a quatre rites différents : deux de ces rites seulement, El-Maléki et El-Hanéfi sont suivis par les Arabes de l'Algérie ; le premier domine. Les établissements religieux sont divisés en cinq classes, eu égard au chiffre plus ou moins élevé de la population clans chaque localité et au degré d'importance religieuse de chaque établissement en particulier.

Le haut personnel de l'Académie d'Alger comprend un recteur, qui centralise le service des trois départements, et quatre inspecteurs d'académie.

L'enseignement supérieur comprend, à Alger : une école préparatoire à l'enseignement du droit, une école préparatoire à l'enseignement des sciences, une école préparatoire à l'enseignement des lettres, une école préparatoire de médecine et de pharmacie, un cours supérieur de langue arabe.
L'enseignement secondaire est donné dans six établissements qui, à la fin de l'année scolaire 1883, comptaient le lycée d'Alger, 1,031 élèves; les collèges communaux de Blida, de Médéa et de Miliana, 599; le lycée de la Ligue de l'Enseignement (filles), à Alger, 261, une institution libre (à Blida), 90 élèves.

    

 

   
Pour l'enseignement primaire, on comptait : une école normale de garçons (Alger-Mustapha), 44 élèves; - une école normale de filles (à Miliana), 38 élèves; - 316 écoles (publiques et libres), 19,707 élèves ; - 90 salles d'asile, 8,088 élèves; - cours d'adultes, 894 auditeurs. - 73 bibliothèques scolaires.
Sur 234 accusés de crimes en 1883, on a compté :
 
  Européens Indigènes.
Illettrés 12 146
Sachant lire et écrire 45 22
Ayant reçu une instruction supérieure 8 1


65 169
 
IX. - Divisions administratives.
 

Le département d'Alger forme le diocèse d'Alger (archevêché) ; il ressortit au 19e corps d'armée, à la Cour d'appel d'Alger, à l'Académie d'Alger, à la 19e légion de gendarmerie, à la 16e inspection des ponts et chaussées, à la conservation des forêts d'Alger, à l'inspection minéralogique du sud-est de la France.

Il est formé de deux territoires : du territoire civil administré par le préfet; du territoire militaire ou de commandement, administré par le général commandant la division.
Le territoire civil se compose :
1° De communes de plein exercice organisées, sauf l'admission des indigènes et des étrangers clans les conseils municipaux, sur le modèle des communes françaises ;
2° De communes mixtes, c'est-à-dire de circonscriptions dans lesquelles la population indigène est dominante et où la population européenne commence à fonder quelques établissements sous la protection de l'administration.

 

 
Pages précédentes   Retour page Table des matières   Pages suivantes