Pages précédentes Maître PIERRE ou LE SAVANT DE VILLAGE.  par Saint-Germain Entretiens sur la Géographie de la France Pages suivantes
 - 2 -  Retour page Table des matières  - 3 -
   
   et pour commencer je vais vous transporter d’un saut à Paris. Paris est le foyer vital, le cerveau de la France. Débarquez avec moi dans l’hôtel des messageries, rue Montmartre.
« Je tiens d’un Anglais, de mes amis, grand amateur de voyages ( quel Anglais ne l’est pas !) , cette méthode que je vous recommande. Dès que vous arrivez dans une ville de quelque importance , courez vous poster sur le point le plus élevé, clocher de cathédrale, ou vieille tourelle de château, pour étudier de là le panorama. A l’aide d’un plan de Paris, que je vais mettre sous vos yeux, nous allons chercher le point le plus central, l’île de la Cité. Suivez-moi jusqu’à l’église Notre-Dame , la cathédrale parisienne, vieille église archiépiscopale, comme l’indiquent ces deux tours pareilles ; car vous savez sans doute aussi bien que moi, que les sièges d’archevêchés ont seuls ce privilège ; dans toutes les autres cathédrales les tours sont de hauteur inégale, et souvent de construction dissemblable. La façade de Notre-Dame, large de 120 pieds, est flanquée de tours carrées de 204 pieds de haut, entre les deux tours est une rosace de 65 pieds de diamètre ; trois portails à ogives, enrichies de sculptures, se présentent de front. Onze marches exhaussaient autrefois le monument au-dessus du sol ; elles ont disparu, dévorées une à une par cette marée montante du pavé de Paris, comme l’a dit M. Victor Hugo. Moyennant quelques sous au gardien les curieux sont admis à monter sur la tour de droite. Je vous y suppose établis, et au lieu
    

 

    du plan, c’est Paris lui-même avec sa banlieue qui se déroule sous nos regards. Le pied de cette tour a servi de point de départ pour mesurer les distances de chacune des routes qui conduisent de Paris à la frontière.
« L’île de la Cité, dans laquelle nous sommes, formait à elle seule, lors de l’invasion des Romains, la ville de Lutetia, Lutèce, quelques parties même restaient encore en culture. Les maisons, espèce de cabanes, petites, couvertes en roseaux, étaient éparses çà et là. César, qui la jugea propre à servir de base à ses opérations militaires, y fit construire des maisons plus commodes, ainsi que deux grosses tours, sur les rives opposées, pour défendre l’abord des deux ponts en bois par lesquels on arrivait. En 350, on commença à élever quelques églises ; peu d’années après, Julien y fut proclamé imperator par ses soldats. « Je passais l’hiver, a-t-il dit, dans ma chère Lutèce, elle est située dans une petite île où l’on n’entre que par deux ponts de bois ; il y croit d’excellent vin, et on commence à y connaître aussi l’art d’y élever des figuiers. » Dans la bouche d’un homme né à Constantinople, et habitué aux vins de Grèce et d’Italie, cet éloge d’un crû si voisin du crû de Suresnes est digne de remarque ; il faut que le terroir ait bien dégénéré. C’est vers 380 que Lutèce prit le nom de Paris, urbs Parisiorum, ville des Parisiens, nom du peuple dont elle était la capitale.

« Il y a loin de ce Paris, au berceau, au Paris qui

 
Pages précédentes   Retour page Table des matières   Pages suivantes